Malik Aït Aoudia dans tous ses états contre Christophe Dubois et Marie-Christine Tabet

Malik Aït AoudiaMarie-Christine Tabet Christophe DuboisEt voilà qui change le tout pour le tout. Dans l’entretien accordé au journal numérique Algérie-patriotique, Malik Aït Aoudia, le journaliste proche du DRS, sinon son défenseur apologiste attitré pour de nombreux observateurs, a frisé le délire. Il a descendu en flamme les journalistes Christophe Dubois et Marie-Christine Tabet, coauteurs du livre Paris Alger, histoire passionnelle. Il ne dit pas exactement pourquoi il leur en veut, mais il a vocifèré comme un diable enragé.

Chose insolite venant d’une personnalité publique exposée aux critiques, il n’admet pas le typage des journalistes. Il ne tolère pas l’étiquette de relais du DRS, il trouve cela scandaleux et mensonger. Elle l’étoufferait. Il envisage même de porter plainte contre la « calomnie gratuite ». Il essaie de filer cette idée à sa coéquipière dans les affaires du DRS et terrorisme algérien Severinne Labat. Pour respirer, le journaliste algérien distribue à tire-larigot des contre-étiquettes empoisonnées aux détracteurs du DRS… Ainsi, il se calme et arrive à mieux vivre… Un imam pieux lui aurait affirmé que venant de lui, la stigmatisation est tout halal…

Et ce défi à faire péter les plombs, tellement cynique. Ne voyant aucun observateur contredire les prétendues preuves présentées dans son reportage, il crie victoire ! À rappeler que son reportage, « Le martyre des moines de Tibhirine » a conclu à l’innocence des services secrets sur la base de témoignages faits par des terroristes tenus solidement sous les griffes du DRS… Il croit dur comme fer qu’il y a présenté des preuves inattaquables. Il lance ainsi, sans broncher, le défi aux autres de prouver le contraire. Comme si les journalistes indépendants avaient la liberté d’enquêter sur ce dossier en Algérie ou comme si le juge Trévidic, dans sa quête de la vérité, était satisfait de la collaboration des autorités algériennes.

Sur le livre lui-même, tout ce que retient le correspondant de Marianne : des erreurs accessoires, mais néanmoins problématiques pour le crédit de Dubois et de Tabet. Il est pour le moins ennuyeux de voir deux journalistes professionnels s’engageant dans un dossier sensible, se prendre les pieds dans le tapis sur des questions subsidiaires comme les grades et les dates historiques erronés, si l’on croit Aït Aoudia. Le sujet traité et l’objectif du travail de recherche sont d’une telle importance que la moindre des précautions était de vérifier toutes les données avant de les imprimer. Résultat : le volet le plus sérieux et le plus important en pâtit et donne du grain à moudre aux thuriféraires du DRS. Malgré ces erreurs, qu’il serait judicieux de corriger dans une prochaine édition, il n’est pas professionnel de la part d’un observateur qui veut paraître sérieux de s’attarder trop sur les détails pour semer l’opinion sur l’essentiel. L’esprit critique ne jette pas l’enfant avec l’eau de bain.

À retenir aussi dans l’interview cette confidence précieuse sur sa propre personnalité. Aït Aoudia met à nue une faiblesse personnelle de nature à remettre en cause tous ses jugements. Le limier éradicateur dit ne pas s’encombrer avec la lecture de «livres farfelus» en rapport avec ses enquêtes, il en choisit seulement ceux recommandés par les interventions «pertinentes des spécialistes». Autant dire qu’il n’entend qu’un son de cloche, que ce qu’il arrange ses idées. Heureusement qu’il n’est pas juge…

Pour finir, disons que le livre de Dubois-Tabet vient de prendre de la valeur bien plus qu’avant l’interview d’Aït-Aoudia. Le simple fait qu’il le noir de colère, il mérite l’attention du grand public. Pour ce qu’ils ne l’ont pas fait, il faut absolument lire le livre.

Pour conclure, les deux journalistes de TFI et JDD respectivement, ne seraient donc pas du même acabit que Séverine Labat comme je l’avais supposé auparavant…

http://www.algeriepatriotique.com/article/malik-ait-aoudia-algeriepatriotique-le-livre-de-dubois-et-tabet-suinte-le-paternalisme-colon

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS, Hommes du système, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Malik Aït Aoudia dans tous ses états contre Christophe Dubois et Marie-Christine Tabet

  1. Mohamed dit :

    Rien que le fait qu’il soit interviewé par AlgériePatriotique, torchon détenu par le fils du Sanguinaire Khaled Nezzar spécialisé dans la désinformation ( ce journal censure toute critique contre les généraux et le DRS, essayez, vous verrez) montre que ce Malik bosse bien pour le DRS.

    • Amar Bouzouar dit :

      Le site de désinformation «Algérie patriotique» appartient à Lotfi Nezzar et Sid-Ali Médiène, deux enfants de généraux qui sont associés dans SLC (Smart Link Communication) créée en 2001 (http://www.slc.dz/).

  2. Ouas Ziani dit :

    Et sur les conseils de quel spécialiste a-t-il lu ce livre « farfelu » ?

  3. Bonny dit :

    AlgériePatriotique c’est un site des rejetons des Nezzar et consorts les généraux Bentalha qui ont massacré 250 000 algériens !

  4. http://lequotidienalgerie.org/2015/04/30/radio-taghyir-live-sur-la-corruption-29042015/.
    La vrai émission sur la corruption n’est pas l’intervention de mer SIDHOUM telle que relevée sur le site. bien vouloir rectifier merci.

Les commentaires sont fermés.