L’armée, le pouvoir et les acteurs politiques

Armée manaoeuvres

Le parti politique, qui n’a pas abordé, dénoncé la mainmise de l’armée sur l’Etat, qui a peur d’exiger des enquêtes sur les abus et la corruption des généraux, ce parti n’a jamais fait de la politique. Ce parti, autrement tous, ne sert à rien dans l’édification de la République, puisqu’il n’attaque pas la source du mal. L’intervention brutale et publique du chef de l’état-major Gaïd Salah jusque dans la politique politicienne a le mérite de faire comprendre cette vérité à ceux qui ont fermé les yeux et se plaisent à ne voir que les dérives du système Bouteflika. Pour ceux qui ont un regard plus loin, l’Égypte leur aurait déjà fourni une triste leçon : vaincre un système sans brider l’armée, c’est comme pisser dans un violon. Tant que l’armée ne craint pas les partis politiques, les partis politiques font de la figuration si tant est qu’ils soient de bonne foi et intègres ce qui au demeurant reste sujet à caution. Ils sont assujettis à un rôle de pantins que l’armée, de ses hautes tribunes, suit avec amusement.

Pour les même raisons, le journaliste ou l’intellectuel qui n’attaque pas de front cette question sensible, il n’aura jamais acquis la maturité, il n’accèdera pas au rang des hommes libres. C’est comme dans un ménage, il s’occupe des questions subsidiaires pour gérer la baraque. Il tourne indéfiniment en rond et croit avancer… Quand, sur le tard, il s’aperçoit du manège, il pousse un petit cri virginal qu’il ne peut retenir. Enfin, il touche un ou deux conseils orphelins pour la postérité avant de disparaitre de la vie publique et de la vie tout court …

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, Politique algérien. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’armée, le pouvoir et les acteurs politiques

  1. Enems dit :

    Les soi disant partis politiques? Les soi disant deputés? Les soi disant senateurs?Les soi disant maires?les soi disant walis?et tutti quanti , Vous y croyez? iLS se sont portés candidat comme on achéte un billet de tombola, si ça mord c est l affaire de leur vie. ILS perçoivent un salaire faramineux ,des privileges illimités, une retraite dorée, un passeport diplomatique Eux meme ne croient pas à leur fonction , ils ont été designés par les maitres du pays en fonction de leur docilité et de leur soummission au plus fort, juste pour avoir leur part du gateau et continuer de faire de la figuration.Une seule force s’ est octroyé le droit de diriger ce peuple, ce pays, c ‘est l’ armée.Tout le reste n’ est que du baratin, mythe ,fable et legende basés sur une gigantesque imposture ou la cupidité se dispute à la stupidité et dont le petit peuple de zawaliya est l’ uniques victime.

    • Amar Abou Zouar dit :

      Oui mais tu généralises trop. Et en faisant ce genre de généralisations tu tombes, sans le savoir, dans la rhétorique des militaires qui tiennent le pouvoir en affirmant que si les civiles étaient aux commandes, le pays coulera.
      Ta généralisation est aussi trop pessimiste, si les gens de novembre 1954 pensaient comme ça face au colonialisme on aurai pas eu indépendance (confisquée malheureusement).
      Le pouvoir de ceux qui ont le pouvoir en algérien vient avant tout de notre incapacité à dépasser le stade de la critique de ce pouvoir. Oui il y a des algeriens qui luttent pour changer les choses. une des façons d’aider ces gens n’est pas de les mettre dans le même sac que ceux qui sont au service de ce pouvoir.

Les commentaires sont fermés.