Les relations franco-algériennes en question

Pour des relations saines durables, refusez l’argent sale des responsables algériens

Amitié franco-algérienne Le président François Hollande a fait l’éloge des relations entre la France et l’Algérie. Dans la foulée, des responsables ont indiqué qu’il existe des milliers entreprises françaises qui opèrent en Algérie et que d’autres grands projets sont en voie de concrétisation. On a parlé de l’intention de Peugeot d’ouvrir une chaîne de production dans le pays de Bouteflika. La conjoncture est à l’harmonie entre les deux états. La France trouve son compte dans le réchauffement de ses relations avec l’Algérie et l’on ne doute pas que le régime algérien soit le premier à s’en féliciter. C’est bien beau tous ces  les sentiments de fraternité, mais est-ce vraiment rassurant?

L’ardeur des âmes sincères ne veut pas rester en si bon chemin. Il lui faut le claironner aux quatre coins du monde et le fêter en grandes pompes. L’occasion est trop rare pour la laisser passer sans reliefs. L’Algérie et la France se réconcilient et s’attachent à lancer les bases d’un partenariat riche et diversifié. Les deux parties sont gagnantes et il faut répandre la bonne nouvelle partout.

Tout ça ferait plaisir à la rue si l’on peut dire ainsi. On se serait volontiers communié avec les hommes de haute moralité et brassé leur foi dans ces relations qu’on présente si joliment. On ne souhaite pas embrumer le climat des affaires, casser l’élan des bonnes relations ni s’opposer à un processus qui rapprocherait davantage les deux pays, mais la crainte de l’Algérien de voir cette bonhomie actuelle entre les deux pays qu’une simple lubie algérienne éphémère (c’est l’idée de Sid-Ahmed Ghozali) et une brèche en or pour un État français à la quête de ressources et de marchés. L’Algérien de pensée que la France continue tourne le dos à ses préoccupations dont elle est l’une de ses sources.

À l’un de ces optimismes français, voici ce qu’a été mon opinion :
« Faites des gestes concrets envers le peuple algérien. Montrez que la France refuse l’argent sale des responsables algériens, qu’elle ne fait pas l’autruche, que des opérations de transferts douteuses soient suivies d’enquêtes sérieuses. L’argent sale déposé en France crée la pauvreté en Algérie. Des franges entières en souffrent. »

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Économie, Forums, Sur le vif. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les relations franco-algériennes en question

  1. Belahreche dit :

    La relation entre la France et l’Algérie s’apparente étrangement à la relation que Sarkosy entretenait avec Madame Bettoncourt : Abus de faiblesse.

Les commentaires sont fermés.