Le journaliste d’El Watan Adlène Meddi réagit

Adlène MeddiFaisant suite au billet traitant sur ce blogue de l’article «Le dernier complot des janissaires» publié à El watan, Adlène Meddi, l’auteur de l’article,  répond :

«Bonjour,
Quelques précisions, chers animateurs d’El Erg Chergui :
Vous oubliez mes nombreux papiers qui responsabilisent aussi bien Mediane (en arabe c pas Médiène, je viens de le découvrir dans le JO du 5 déc 88, passons) que les autres sur la catastrophe actuelle et aussi, j’ai déjà précisé que j’ai toujours milité pour la vérité et contre l’impunité dans une précédente réponse que vous avez eu l’amabilité de publier.
Je n’ai pas de puissants et éradicateurs généraux qui me soufflent ce que j’écris, sinon j’aurais quitter ce métier, car ce serait un déshonneur et un coup de poignard dans le dos de nos lecteurs. Je ne mange pas de ce pain là.

Par contre, je tiens à préciser que ce papier a été provoqué par mon indignation face à un CEM qui transforme l’armée (ou le symbole de l’ANP, ce qu’il en reste si vous voulez) en milice du régime Bouteflika, donc une armée qui peut éclater un jour, qui deviendrait l’ennemi du peuple.
Voilà rapidement quelques précisions, et merci pour votre intérêt ô mystérieux animateurs d’El Erg Echergui
Saha f’tourkom by the way
Adlène Meddi»

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le journaliste d’El Watan Adlène Meddi réagit

  1. nounou dit :

    l’armée qui a fait le coup d’etat de 1992 et tuer 250 000 musulmans et 20000 disparus est devenue le sauveur !!!!!

  2. cherif dit :

    C’est la première fois que j’interviens sur votre honorable blog. D’abord, je vous salue et vous dit: Saha ramdankoum. Je suis accroc à tout ce que vous publiez et je suis l’un de vos fidèles lecteurs. C’est inimaginable combien je m’identifie à l’ensemble de vos analyses. Je suis un ancien officier du drs, cette monstruosité génétique. Je suis un rescapé du camp de ben aknoun (cpmi) du temps de tartag (98). Bien sûr que si je suis encore en vie ce n’est que par la grâce divine. Je suis en France depuis quelques mois. Méfiez-vous du nom que adlène meddi tentera vainement d’attribuer à tnoufik. El watan a dévoilé une fois pour toutes, son allégence et obséquiosité devant le cancer qui ronge le peuple et le pays. Il l’a dévoilé lorsqu’il choisit son camp de façon indigne et grotesque, contre les accusations évidentes qui crèvent les yeux proférées par saïdani. Suivez attentivement les ‘écrits’ de hacene moali, ali bahmane, madjid makedhi, salima tlemçani.

  3. Condor dit :

    Il y a un vielle adage de bien de chez qui dit: « lorsque la vérité vient manquer aux paroles, inutile de soutenir en jurant au nom de Dieu »… Saha Ramdhankoum…

  4. Bonny dit :

    Cette armée et son bras maléfique du DRS qui ont massacré plus de 250 000 algériens en faisant même appel à des mercenaires des Balkans tout en spoliant presque toutes les richesses de ce peuple constitue le nouveau chalenge du peuple pour recouvrer son indépendance non entièrement arrachée à l’ennemi !

  5. Amar Bouzouar dit :

    Moi quand je lis ce genre d’histoire, j’ai espoir….le cimetière est le symbole de l’Algérie.
    http://www.elkhabar.com/press/article/83561/

Les commentaires sont fermés.