Le Tunisie se jette dans le giron de l’Otan

À bas la dictature Ben Ali, vive l’impérialisme américain!

essebssi obama 21 mai 2015Le gouvernement américain vient de publier une annonce historique. L’OTAN a accepté la demande de la Tunisie à intégrer l’OTAN en tant que « membre majeur non allié ». Ce statut donne à la Tunisie le droit « d’être assistée » par l’organisation atlantique quand elle fait face à un danger majeur visant son territoire, sa sécurité et son intégrité. Elle pourra également profiter de privilèges tels que « l’accès à des formations, à des équipements pour la recherche et le développement et au financement militaire. »

Le 21 mai 2015, le président Béji Caïd Essebsi (BCE), un homme d’État pétri dans les régimes policiers de Habib Bourguiba et d’Ali Ben Ali, avait négocié cette proposition à Washington, en tant que « nouvelle démocratie » avec le président Barak Obama qui en a fait l’annonce. On imagine sans peine ce pas désastreux de la Tunisie qui troque ainsi une partie de sa souveraineté en échange d’un protectorat déguisé.

Le 1er juillet dernier, BCE dépêche Rachid Ghanouchi à Alger pour tenter de faire passer la grosse pilule à Bouteflika, dont on dit qu’il est proche, et au pouvoir algérien qui, vaniteux et arrogant par nature, n’a de cessé de marteler l’idée d’un prestige diplomatique international. Alger a mal reçu, semble-t-il, l’engagement tunisien avec l’OTAN et un semblant de froid fut senti par Tunis. La coopération sécuritaire et militaire qu’elle entretenait avec son voisin de l’est s’en trouve fragilisée ou du moins exposée au droit de regard humiliant de l’OTAN et ses ramifications sécuritaires, telle la CIA. La Tunisie devient de facto une tête de pont et un pied à terre pour l’organisation transatlantique dans la région.

Après trois quinquennats pour l’un et un demi-siècle de pouvoir militaire sans partage pour l’autre, Bouteflika et la junte militaire, découvrent plus que jamais les fruits de leurs turpitudes et leurs arrogances qu’ils prenaient pour de la « clairvoyance » géostratégique. Le saut que vient de faire BCE dans le giron de l’OTAN met l’Algérie dans une situation précaire et au centre de plusieurs dangers extérieurs menaçant sa sécurité et sa souveraineté.

Rached Ghannouchi médiateur de BCE auprès de Boutaflika ? | Réalités

Designation of Tunisia as a Major Non-NATO Ally

 

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans International, Maghreb, Tunisie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le Tunisie se jette dans le giron de l’Otan

  1. Amar dit :

    On a plus besoin de faire des guerres (comme celle de la guerre d’Irak) pour assujettir on manipule ou on laisse faire «le terrorisme» et les conflits internes et on récolte après. Les populations des pays occidentaux ne ne veulent plus que leurs soldats meurent pour l’hégémonie et comme c’est la démocratie qui règne dans ces pays ça marche. Les laboratoires de l’ingénierie politique occidentale ont fini par trouver la recette magique…bienvenue dans le monde de l’hégémonie 2.0 ou celui de «Men Laheytou bekharlou» (De sa propre barbe encense-le).

  2. samy dit :

    voila l’ algerie prise en tenaille par ses freres ennemis(maroc et tunisie) qui sont dorenavant protagés par leur grand frere ( les USA).Comme quoi il existe toujours un poisson qui sert de repas aux autres poissons.L’ arrogance et le mepris contre son propre peuple fait que l histoire donne des leçons magistrales et imprevues aux illuminés de tout acabit. « Lorsque je désespère, je me souviens que tout au cours de l’histoire, la voie de la vérité et de l’amour l’a toujours emporté. Il y a eu des tyrans et des assassins qui, pendant un certain temps, ont semblé invincibles, mais ils finissent toujours par tomber- pensez-y, toujours. Quelle différence pour les morts, les orphelins et les sans-logis que les destructions se fassent au nom du totalitarisme ou au nom sacré de la liberté et de la démocratie? »

    « Œil pour œil, et le monde entier devient aveugle ».

    « Il y a beaucoup de causes pour lesquelles je suis prêt à mourir, mais aucune pour laquelle je suis prêt à tuer ».

    Mahatma Gandhi
    Histoire de mon expérience avec la vérité, 1927

Les commentaires sont fermés.