Laisser cuire dans son jus

Toufik MédièneJe viens de tomber sur cette expression inusitée et saugrenue : «laisser cuire dans son jus». A priori, elle ne paie pas de mine, mais si on s’y intéresse un petit peu, si on gratte la surface et souffle sur la poussière, on y découvre, interloqué, une réalité qui tient en haleine la scène politique algérienne entière. Et pour cause.

En lisant la signification de l’expression, on ne peut manquer ce à quoi elle renvoie exactement. Il existe quelqu’un, quelque part en Algérie, sur qui le verdict de l’expression tombe pile-poil. Inutile de révéler son nom. Il sait se moucher… De même, il est aisé de deviner les langues de serpent… qui pourraient être les auteurs de cette expression.

Eh ! oui. Parfois, un mot anodin fait plus mal qu’une balle tirée à bout portant. On les surnomme les petites phrases ou les phrases assassines.

Signé : un revenant du purgatoire, terre des disparus.

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Allegoria & caricature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Laisser cuire dans son jus

  1. Condor dit :

    Des citations de Georges Perros, je retiens pour la circonstance, celle-ci: « Un pauvre homme qui s’abaisse, chacun le regarde s’anéantir ; de sa dignité, le diable torche son cul » (hachakoum). Laisser quelque chose cuire dans un jus, finira, grâce à la fermentation, par dégager des odeurs nauséabondes qui fera fuir même les Hyènes, loups et autres rapaces. c’est la raison pour laquelle, il y a de quoi à souhaiter un « nettoyage » rapide des lieux….

Les commentaires sont fermés.