Transfert du service des écoutes du DRS vers le MDN

Le démantèlement du DRS n’en finit pas…

Transfert DRS MDN Gaïd SalahL’encart du journal El Hiwar d’aujord’hui, stipule que, sur décision du général Gaïd Salah, le service (Dierction?) des écoutes a été retiré du DRS et mis sous la coupe directe de l’état-major de l’ANP. Il y est également précisé que ce tranfert s’inscrit dans le cadre des réformes entreprises au sein du DRS et dans le but  d’unifier le centre de décision à l’intérieur du ministère de la Défense afin de garantir une meilleur efficacité de cette intitution névralgique. Le message ajoute en dernier, que ces efforts visent également à renforcer la non-intervention du militaire dans la vie publique. Il manquait au message : «A bon entendeur, salut… »

Ce dernier transfert entre le DRS et le MDN fait suite à une série d’autres transferts de la même veine. Redondants, ils n’étonnent plus. Néamoins, leur grand nombre laisse débutatif. D’aucuns se demandent combien de structures abritait le Département du Renseignement et de la sécurité. À ce rythme, on conclut qu’il ne s’agit plus de transferts, mais d’un véritable exode. Rab Dzayer a créé pour sa puissance « légendaire » un labyrinthe inextricable d’unités et de services. Une toile tentaculaire dont le démantèlement doit prendre plusieurs mois, voire des années et exige un travail de Titan. Le comble, ô vanité des hommes, cette superstructure dite naguère « colonne vertébrale de l’armée » avait un rendement relativement maigre : L’histoire écrira que sous son règne l’Algérie est devenue un haut lieu de la corruption et du terrorisme. Elle en tient un palmarès international. Le DRS a surtout produit des larbins et des spadassins.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Transfert du service des écoutes du DRS vers le MDN

  1. Mohand Oukaci dit :

    Théoriquement, il ne reste plus que deux directions, la DSI (Direction de la Sécurité Intérieure) et la DDSE (Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure) plus un petit service financier sous le commandement de Rab Errih.

  2. Tayeb dit :

    Non la DDSE ne depend deja plus de la DRS depuis le retour de Bouteflika du VAL de Grace, elle a rejoint la presidence mais la DSI ne devrait pas tarder a rejoindre la présidence elle aussi.

    • Mohand Oukaci dit :

      Il n’éxiste aucune information concernant le rattachement de la DDSE à la présidence de la République depuis la restructuration du DRS entamée en septembre 2013 par le président Abdelaziz Bouteflika à son retour de l’hôpital parisien du Val-de-Grace..D’ailleurs aucune structure amputée au DRS n’a été rattachée à la présidence mais plutôt à l’Etat-Major de l’ANP.Il n’ y a que la DGPSP (Direction Générale de la Protection et de la Sécurité Présidentielle) relevant prédemment du DRS qui a été mise sous la tutelle de la Direction de la Garde Républicaine qui elle même en tant que direction centrale dépend du MDN.

  3. supplicié dit :

    Cela ne nous regarde pas, le loups ne se mangent pas entre eux, nous avons d autres chats a fouetter, cela ne changera pas le cours de notre sombre histoire.“Contre les loups des montagnes et contre les voisins voleurs, on ne peut pas se protéger.”

  4. Djamel M dit :

    Bonsoir,
    Une question toute simple : Pourquoi tout ce cirque, pourquoi le démantèlement méthodique du DRS, département par département ? C’est étrange. Cette stratégie doit cacher forcément d’autres desseins. Je ne crois pas à une volonté d’humilier Rab Dzair. Veut – on vraiment l’humilier ?
    Le plus simple c’est de le démissionner par voie de presse (ou par un SMS) et de changer les serrures de son bureau comme a été limogé, en 1989, feu Kasdi Mebah.

  5. Amar dit :

    Quand tu ne peux plus sortir le loup de sa caverne parce qu’il l’a transformé, à la longue, en une carapace. La solution c’est le démantèlement de la caverne (carapace). C’est simple comme stratégie de l’autre clan.
    Le positif dans l’histoire (pour l’Algérie du peuple, en prison) c’est que cet autre clan qui est en train de faire ce travail n’as pas de carapace aussi puissante (la chute du pétrole l’affaiblie profondément), un simple vent l’emportera dans les égouts de l’histoire. Et une autre Algérie naîtra une autre fois, ou disons, commencera à naître. Il faut y croire.

  6. Djamel M dit :

    @Amar
    Bonsoir,
    Nous savons tous qu’en 1978, à la mort de Boumediène, feu Kasdi Merbah était un homme puissant et un faiseur de rois, alors que, en 1988, son étoile avait pâli c’est la raison pour laquelle le criminel de Belkhir s’est servi de lui et s’est permis de l’humilier. Quant à Rab D’zair de deux choses l’une, ou bien c’est le véritable homme fort du régime et, par conséquent, il ne vient à l’idée de personne de toucher ni à ses prérogatives ni à ses hommes, je veux dire à ses complices, ou bien c’est un homme fini auquel cas on peut tout se permettre avec lui, comme le démettre par voie de presse. Je peux me tromper, mais je ne crois pas à une pseudo-guérilla entre le DRS et le MDN, je pense qu’un ordre nouveau se met en place graduellement, méthodiquement, et dans cette optique tous les seconds couteaux sont sacrifiés. Comme disait le prince Giuseppe Tomasi dans le guépard « il faut que tout change, pour que rien ne change ».

  7. Abane dit :

    Qui est le plus rusé entre ouyahia ou said bouteflika pour prendre le pouvoir à la fin de ces manoeuvres. On verra en 2016 .

Les commentaires sont fermés.