Limogeage du général Mediène : Lecture de M. Laribi

Par Lyes Laribi

Lyes LaribiPeut-être c’est une surprise pour certains mais pour d’autres Tartag avait rejoint le clan de Bouteflika en 2005. Pour rappel, en juillet 2005*, Tartag a remplacé Smain à la tête de la DCE et que le président avait signé le limogeage de Smain ainsi que son remplacement. A l’époque, Smain a dû son salut à une pétition de plus de 400 officiers cadres du DRS qui lui apportèrent leur soutien en demandant au président le maintient de leur patron à son poste. Deux ans plus tard**, la mort suspecte de Smain a relancé cette guerre entre Toufik et Bouteflika.

Ce dernier a essayé d’imposer de nouveau le général Tartag à la tête de la DCE. Alors que le poste revient de droit, selon la hiérarchie des services au général Mhenna Djebar, son successeur à la tête de la DCSA. Un consensus entre Toufik et le président pour l’intérim du colonel Kherfi a été trouvé alors qu’il n’était que colonel avant d’être promu général.Aujourd’hui, la seule lecture est que Toufik a bien accepté de se faire remplacé par Tartag que par un Colonel désigné par l’E.M.

La présence à Alger du président du SENAT Français ces derniers jours accompagné par le patron de la DGSE (un ami des Boutef) n’a t-elle pas un lien avec ce changement et quelle sera la position de l’E.M devant ce revirement de dernière minute du clan Boutef. L’avenir nous le dira. Actuellement le principal gagnant est l’homme à la chaise roulante.
* Algérie des généraux
** Du MALG au DRS.

Lyes Laribi :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyes_Laribi

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Contribution, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Limogeage du général Mediène : Lecture de M. Laribi

  1. Amar Bouzwar dit :

    L’origine du surnom «Rab Edzayer» !

    «…Lorsque le juge, à la voix tranchante et au visage angulaire, encadré de deux assesseurs sommeillant, l’appelle, Fouad Boulemia reconnaît avoir fait partie des groupes terroristes islamistes, « mais je ne m’occupais que de l’information, de la communication », dit-il. « Le 13 décembre 1999, je suis arrêté par ceux-là mêmes que j’ai fuis en 1995, les DRS. Je n’avais pas d’arme sur moi. Ils m’ont torturé. Je n’ai pas tué Hachani. Ce qui est raconté c’est le scénario des moukhabarate (services secrets) ». Le juge l’interrompt, « ce n’est pas ce que tu as dit au juge d’instruction ». « Ils m’ont torturé au maximum vous comprenez ? Puis le général Toufik est venu, il m’a dit : ana rabha (c’est moi le patron) tu vas voir ce que je vais faire de toi. Accepte de dire que tu as tué Hachani et tu auras quinze ans de prison, tes parents pourront te voir en prison. Sinon je vais t’emmener chez ta mère que je vais éventrer devant toi. C’est moi le général Toufik, Rab Edzayer (Le bon Dieu de l’Algérie). Vous savez pas qui est le général Toufik ? Toute l’Algérie le connaît, qu’est-ce qu’un juge d’instruction à côté ? Ce sont les officiers qui me torturaient qui m’emmenaient à l’instruction. Je ne prendrai pas la responsabilité de la mort de Hachani, non. » La salle jusque-là plongée dans une torpeur encouragée par les bâillements des assesseurs, s’ébroue de curiosité, même le juge n’interrompt pas le prévenu,,,,,»

    Source:
    Procès de l’assassinat de Hachani: Fouad Boulemia condamné à mort
    Daikha Dridi, algeria-watch 16 avril 2001, article non publié sous cette forme en Algérie parce que censuré
    http://www.algeria-watch.org/farticle/hachani/Dridi_proces.htm

  2. Ouas Ziani dit :

    Il est beaucoup question de la visite à Alger du président du sénat français et de son accompagnateur, le directeur de la dgse, mais pas de James R. Clapper, le grand patron de tous, le 27 Août passé. Pourquoi ? Serait-il passé pour siroter du lben ?

    • lyes laribi dit :

      Non mais simplement le patron de la DGSE, Bernard Bajolet (Bernie pour ses intimes d’Alger) est considéré par les américains comme le nouveau DEY d’Alger. Oual Faham ya fhem.

      • Ouas Ziani dit :

        Bernard Bajolait, Dey d’Alger, cela m’étonnerait beaucoup. S’il l’était vraiment, à l’heure qu’il est, le général Ait Ourabi ne serait pas en prison mais à la tête du DRS. Le déplacement à Alger du président du sénat et du patron de la dgse français est motivé par des inquiétudes sur le sort des entreprises françaises après la restructuration du DRS et principalement le démantèlement du cartel affairiste de ce même drs. Les liens entre ces entreprises et le général Ait Ourabi sont révélés par un journal français qu’on ne peut soupçonner d’être proche de Bouteflika ou de Gaid Salah. Et c’est ce même journal qui a révélé une note de l’ambassade à Alger où il est question d’inquiétudes françaises et marocaines sur le sort du DRS.

  3. Mohand Oukaci dit :

    Dans toute l’histoire de l’armée algérienne, il n ‘a jamais existé de pétition de militaires en faveur de qui que ce soit car c’est formellement interdit par le réglement militaire.Combien de directeurs centraux du DRS qui ont été limogés et personne n’a bougé le petit doigt.Je vous cite les cas de quelques officiers supérieurs suivants des services secrets de l’armée qui ont été limogés et personne ne s’est opposé à leur départ : colonel Zerhouni Nordine dit Yazid de la DSM, Bendjelti Hassan dit Abderrezak DRE/MDN puis DDSE/DRS,Lahreche Bachir dit Kamel DRE/MDN puis DGSN, Lakhel-Ayat Medjedoub DCSM/MDN puis DGPS,Mohamed Betchine DCSA/MDN puis DGPS,Saidi Fodhil DRM/MDN puis DDSE/DRS,Kamel Abderrahmane DCSA/DRS puis Chef de la 2ème Région militaire, etc.Même sous le règne d’Abdelaziz Bouteflika, il y a eu des nominations et des limogeages des directeurs centraux du DRS et autres.Le pouvoir de nommer ou de limoger relève de la présidence de la République et du commandement militaire et c’est pour cela que les subalternes respectant le réglement militaire ne se sentent pas concernés.

    —————————————–
    EEE :
    cher frère Mohand, je vous fais la même remarque que celle faite à M. Cherif. Vos commentaires sont respectables, intéressantes et dignes de publication. Hélas!chat échaudé craint l’eau froide.

    • lyes laribi dit :

      Voulez vous aussi dire qu’il n y a jamais eu lieu de réunion des officiers cadres de l’armée en janvier 92 sous la houlette de Nezzar pour destituer Chadli. A chacun son histoire, même la France coloniale écrivait et faisait éloge de son colonialisme en oubliant d’écrire qu’entre 1830 et 1857 il y avait plus de 6.5 millions d’indigènes décédés.

      • Mohand Oukaci dit :

        Vous voulez mon cher Lyes Laribi me faire absolument dire ce que je n’ais pas dit. J’ai apporté uniquement des précisions relatives à la prétendue pétition signée par 400 officiers du DRS en faveur du maintien du général Smail Lamari à la DCE en 2005.La pétition est interdite par le réglement militaire non seulement dans l’armée algérienne mais dans toutes les armées du monde. L ‘armée est assujettie à la discipline et point barre ! La devise au sein du DRS c’est  » la discipline et le cloisonnement font notre force principale ».
        En ce qui concerne la réunion secrète tenue en janvier 1992 par le collège des généraux décideurs, je vous confirme qu’elle a bien eu lieu. A la suite de cette réunion, ces généraux se sont rendu au siège de la Présidence pour faire part au président Chadli de sa destitution. Le général Mohamed Lamari chef d’Etat-Major de l’ANP à l’époque notoirement connu comme étant un homme épidermique et violent a textuellement dit au Président Chadli :  » C’est nous qui t’avons mis au pouvoir et maintenant on t’enlève ce pouvoir parce que nous ne sommes pas d’accord avec toi pour avoir accepté de cohabiter avec le FIS pour gouverner ».

    • Mohand Oukaci dit :

      Cher frère EEE, je ne suis pas un chat qui craint l’eau froide au contraire je suis le chat tout terrain qui se bat en tout désétéressement pour son peuple..Mon seul souci, c’est le droit de vérité envers le peuple algérien auquel j’appartiens et que vous appartenez également et qui souffre le martyr depuis des décennies par la faute des islamistes radicaux et obscurentistes et des généraux corrompus,éradicateurs et soucieux de leurs privilèges et intérêts.Votre remarque est désobligeante,je vous ai rendu énormément service en venant sur votre site que j’ai trouvé intéressant depuis sa création pour apporter ma contribution sincère,de patriote, de témoin de l’histoire de la société civile algérienne ou de l’armée de ses services de sécurité, et maintenant que vous me traitez pour un moins que rien pour toutes mes contributions patriotiques, combatives, généreuses et générées au seul profit du peuple algérien souffrant et martyr, je vous quitte pour de bon et sans regret.Je ne reviendrai plus jamais sur votre site car vous êtes malgré votre talent de documentaliste soit disant très cultivé et ouvert au monde un ingrat envers les gens qui vous aident et apportent les réponses à vos questionnements.C’est bien dommage pour vous, vous déclenchez des hostilités envers des gens qui vous aiment , qui sont dans la même longueur d’onde que vous dans la lutte contre la dictature dans notre pays, et vous osez douter de mon intégrité, de mon honnêteté,de mon engagement envers mon pays pour qu’il soit authentiquement démocratique et souverain.Quel culot vous avez.Si vous ne vous n’excusez pas vis à vis de moi, je ne reviendrais jamais plus sur votre blog et je n’écrirais pas une ligne.La nuit porte conseil dit-on , sachez faire la distinction entre vos amis et vos ennemis.Si vous vous comportez comme le régime algérien qui ne tire aucune leçon de ses échecs, et bien vous allez droit dans le mur comme lui, dixit cheb Khaled comme  » il a dit lui « .Ne me cherchez pas des poux dans ma tête car j’en ai pas depuis très longtemps, car moi je peux vous trouver des cafards sur votre tête et ils existent réellement et du moins virtuellement.Je suis l’ami de Djamel-Eddine Benchenouf actuel animateur du Top3 de la presse sur El-Maghribia TV que j’ai soutenu à son arrivée en France au début des années 1990, j’ai contribué à son blog « Tahia Bladi’, je l’ai rencontré à Paris lors d’une conférence sur l’Algérie en décembre 2010 à la maison des syndicats du 19 ème arrondissements de Paris ,rue du Colonel Fabien , comme j’ai rencontré également Mohamed Larbi Zeitout ,Rachid Mesli membres fondateurs du mouvement Rachad rue Ménilmontant dans un café, ensuite il a crée un site grâce à Samir Hchicha webmaster,encore un kabyle de merde comme moi , qui s’appelle « Le quotidien d’Algérie » qui a vraiment bien fonctionné durant son admistration puis qu’il a cédé à Salah-Eddine Sidhoum militant des droits de l’Homme et qui a perdu son aura depuis son départ.Savoir faire le tri entre ses amis et ses ennemis,ce n’est pas donner à tout le monde.Il faut faire de clairvoyance et de discernement pour les distinguer.Et ce qu’un documentaliste comme Samy ou Djamil El Djazeri sait distinguer le bon grain de l’ivraie ,j’en doute aujourd’hui,demain et jusqu’à l’infini.Personne ne détient la vérité sauf Allah, le Dieu de toutes les religions monothéistes.Vous vous prétendez musulman pratiquant et moi je le suis aussi.Je ne m’attaque pas aux musulmans et quelque soit leur faute.C’est à la loi de chaque pays de punir les contrevenants, et ces lois existent dans tous les pays du monde et depuis la nuit des temps.Vos phantasmes de la peur des islamistes criminels,égorgeurs,et destructeurs sont légitimes étant donné l’incompétence pendant des décennies des généraux du DRS à mettre un terme à ces crimes de guerre et contre l’humanité.
      Bon.Revenons à la réalité des choses.Je ne vous ai jamais demandé de me publier.Ce n’est pas mon but.Je n’ai aucune gloire à tirer de ma publication sur votre blog Moi kabyle enfant,adolescent, innocent, qui a subi toutes les injustices du régime totalitaire algérien je me bat depuis mon jeune âge pour le recouvrement de la dignité de tous les Algériens et Algériennes.
      Je ne vous demande ni de me croire, ni de m’accepter sur votre blog car seule l’histoire avec le recul sortira de ses entrailles la vérité comme tous les chouhada sincères,désintéressés ,qui ont combattu l’ennemi véritable et qui sont morts pour la dignité et la liberté des Algériens et Algériennes.Que les donneurs de leçons de patriotisme comme vous se remettent à relire leur histoire pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui,demain et dans le futur.Les dirigeants Arabo-musulmans n’ont jamais malheureusement retenu les leçons de l’histoire , ils persistent et signent dans la décadence, le despotisme, le massacre de leur peuple et fabriquent par voie de l’injustice de l ‘obscurentisme, le radicalisme ,l’islamisme, le bérbérisme et le terrorisme,etc.
      Le cerveau quel qu’il soit s’aveugle quand il manque de dicernement.Et c’est moi, Mohand Oukaci qui le dit et personne d’autre.Je marque profondément ma colère ici contre vous en disant cela.Allah Ghaleb, notre pays est pauvre, même au niveau des penseurs, de l’intelligentia qui sont sensés d’éclairer la lanterne du peuple anesthésié et endormi par la voie de fraude et de corruption et qui l’enfonce chaque jour plus par son mutisme et son absence d’engagement.
      Je vous dis, bye,salut et je ne reviens jamais plus chez vous par manque de respect.

  4. Mohand Oukaci dit :

    Je suis venu sur votre blog avec enthousiasme et espoir , blog que j’ai trouvé d’ailleurs intéressant au début de ma découverte . Votre plog est censé être libre de pensée à ses apparences et apporter l’espoir au peuple algérien pour qu’il recouvre sa liberté ,sa dignité et sa souveraineté confisqué par une armée de lâches et de mercenaires depuis plus de 50 ans , mais malheureusement vous sombrer dans l’intellectualisme digne d’un archiviste qui fait le rat de bibliothèque mais qui ne retient pas l’essentiel de sa vie et de son histoire passée et présente.

  5. Sami Dziri dit :

    @ Mohand OUKACI, personne ne peut prétendre détenir la vérité. Celle ci demeure une insignifiante vue d’esprit. Nous nous lançons tous à sa découverte dans une sempiternelle temporalité. Vous évoquez l’interdit à une structure militaire de signer des pétitions, l’interdit sur papier certes, mais notre armée s’est octroyée un droit divin : de vivre ou de mourir pour chaque citoyen algérien. Mon ami et frère Lyes LARIBI parle avec son cœur et ses tripes conçus dans le moule de la répression de cette armée. Vous êtes entrain de vous adresser à quelqu’un qui a passé par les camps du sud à Ain Mguel, la prison de BLIDA, et plus de 20 ans d’exil. A vous de s’imposer le principe de réciprocité dans le respect que vous évoquiez à cor et cri à EEE.
    “Ceux qui prétendent détenir la vérité sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle. La vérité ne se possède pas, elle se cherche.” Albert Jacquard
    Petite philosophie à l’usage des non-philosophes 1997

    Respect à vous

    Samy Dziri

Les commentaires sont fermés.