De la presse et de la loyauté des larbins

Boudjerra Soltani fait l’éloge de Rab Dzayer et oublie ses crimes

Caricature Hik Toufik Rab DzayerQuand il s’agit des droits de leurs concitoyens, les médias occidentaux n’ont pas la langue dans leur poche, ils s’empressent de donner la parole aux victimes d’un présumé criminel. La presse algérienne, elle, s’en tient à la ligne des Tagarins. Nos journalistes, tremblant de peur, ne les franchisent jamais. Ainsi en a été  leur comportement après le spectaculaire déboulonnement de Rab Dzayer. Ont-ils eu une pensée aux familles des disparus, des victimes du DRS ? Les ont-ils interrogés ? Bousse aynek (il faut que les poules aient des dents avant qu’ils y pensent).

Cette presse, en revanche, par son souci de professionnalisme particulier… s’est ruée sur les potiches que le général Mediène a soigneusement sélectionnées et avec lesquelles il a décoré sa galerie politique. Et comme le hasard fait bien les choses, les louanges ont plu sur le général déchu comme du confetti d’un carnaval brésilien. La classe politique  sait renvoyer l’ascenseur, mais pour combien de temps?

Boudjerra Soltani compte parmi les heureuses personnalités interrogées. Comme le veut la tradition, il oublie les crimes de Rab Dzayer, il ne pense jamais  jouer la derbouka, lui. Par contre et toujours comme le veut la tradition politique, il ne tarit pas d’éloges sur l’homme le plus secret de l’Algérie. Boudjerra Soltani dit que le monstre est un musulman pieux et qu’il l’en est même témoin. Non sans bomber le torse et donner la preuve de sa propre importance, il confie qu’il l’a lui-même accompagné dans un pèlerinage mémorable. On l’aurait juré. La Mecque est devenue le lieu des lamentations et des absolutions pour tyrans arabes en quête d’une conscience vierge. Il précise qu’il garde du général l’image d’un homme ponctuel avec les heures de la prière et de quelqu’un qui observait scrupuleusement le rituel du pèlerin. Renversant !

Boudjerra ajoutera une ou deux anecdotes sur Rab Djayer, mais ne révèle rien de ce qui peut ternir sa réputation. L’ex-SG du MSP, bardé de titres politiques que le général lui a généreusement accordés depuis la mort de Nahnah, n’aurait rien vu et n’aurait rien entendu sur les crimes de la décennie noire ni les disparitions forcées ni les tortures. Il n’est pas pourvu d’outil pour franchir la ligne des Tagarins… À coup sûr, si l’islamiste de salon était Égyptien ou Syrien, il aurait tenu le même témoignage, avec le même empressement, sur le général sanguinaire Sissi ou le tyran El Assad. Pour la presse à leur solde, il ont une foi exemplaire en Dieu…

http://www.elkhabar.com/press/article/90382/رحل-توفيق-وبقي-ظله/

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De la presse et de la loyauté des larbins

  1. Amar Bouzwar dit :

    Moi j’aime un des commentaires dans le même journal après l’article élogieux sur monsieur T.
    12:45 – 15 سبتمبر 2015
    ما دام التوفيق كلن يتمتع بكل هذه الصفات الممتازة ، لماذا وصلت الجزائر إلى هذه الدرجة من التخلف ؟ و على وجه ربي ما تقولوليش ماكانش يحكم ، على خاطر كامل على بالنا بلي DRS هو اللي يحكم باحكامو في البلاد ، و ابسط دليل ان كل المؤسسات الادارية و الاقتصادية و غيرها كانت تسير بأوامر مباشرة لضباط المخابرات الملحقين بها

  2. JE LAISSE LE SOIN AUX CONCEPTEURS DE CE MERVEILLEUX ESPACE DE VOIR SOUS QUELLE FORME SERA UTILISEE CE LIEN POUR MIEUX INFORME SES LECTEURS SUR CE SUJET D’ACTUALITE.

    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=18&cad=rja&uact=8&ved=0CEEQFjAHOApqFQoTCIf8_vKFg8gCFUzbGgod3H8IsQ&url=http%3A%2F%2Fwww.algeria-watch.org%2Ffr%2Farticle%2Ftribune%2Fappel_ait_abdallah.htm&usg=AFQjCNGk6XdLcq45mP3u-sY94Tc0ntEi0A&bvm=bv.103073922,d.d2s.

    VOIR LA FIN DU TEXTE POUR COMPRENDRE TOUT L’INTERET.

Les commentaires sont fermés.