Une fois nommé patron du DRS, Bachir Tartag devient licencié en géographie !

Ils sont formidables à El Watan. Ils peuvent dire, faire dire, transmettre et ébruiter une chose, une information, un secret… pour affirmer allégro son contraire, quelque temps plus tard. Dans le sans-gêne, ils sont pas mal fort. Après tout qui forcera le journal à être sérieux et précis, à s’excuser ou à expliquer les contradictions ? Pourquoi le feront-ils ? Pour un machin bidule qui s’appelle « opinion publique » ? Une entité spectrale qui n’a jamais existé ? Chaque journal a le droit de publier, manipuler et asséner sa vérité comme il l’entend.

Tenez par exemple, la petite histoire du niveau scolaire du nouveau patron du DRS : Bachir Tartag, l’ex-chef du CPMI (oua ma adraka ma CPMI)…. Les lecteurs d’El Watan ne savent plus quoi penser. A-t-il un niveau universitaire ou est-il un soldat sans autre instruction que celle que lui prodigué Rab-dzayer. La question est secondaire, mais la contradiction que l’on découvre chez El Watan à ce sujet ne l’est pas. Elle rentre dans la catégorie de la manipulation et de l’intoxication. Comment ne pas en douter ?

Un jour, juste après le remplacement du général Kherfi par Ghoul Ben Aknoun, un journaliste du très sérieux El Wata a pris soin de préciser dans son rapport la différence de niveau scolaire entre les deux généraux. Le général Kherfi, disait le journaliste briefé Zine Cherfaoui, était universitaire. Il a même laissé entendre que les échecs de son mandat étaient dus justement à ce profil. Quant à Tartag, sans diplôme présentable, il était plutôt un homme de terrain dont la grande expérience s’adaptait parfaitement à la mission de DSI à laquelle il était rappelé. L’article date du 26 décembre 2011.

Quelques années plus tard, abracadabra boum !, en deux trois mouvements le «Bombardier» devient universitaire sur les colonnes d’El Watan. On sait même quel diplôme il détient : une licence en géographie, dit le journal.

En Algérie on peut vous créer une légende sur mesure en un rien de temps… Il suffit juste que vous soyez puissant. Un député a dénoncé au parlement, il y a quelques jours, la pratique des diplômes bidon que délivre régulièrement l’université algérienne pour les pontes du système. Et ce, sous les yeux bienveillants des délégués du DRS comme toute la corruption d’ailleurs… Le député s’appellerait Missoum et il a une liste de noms… Cette affaire ne va pas rester sans suite. L’opinion publique est certaine que Salima Tlemçani tirera tout cette contradiction au clair… il est tellement facile de vérifier l’authenticité d’un diplôme. S’il est étranger…

Article d’El Watan sur la nomination de Tratag à DSI du 26 déc. 2011 19:49 :
http://www.elwatan.com/une/un-nouveau-patron-pour-le-contre-espionnage-26-12-2011-152505_108.php

Article où Tatag est auréolé universitaire par El Watan :
http://www.elwatan.com/Factualite/athmane-tartag-un-bombardier-a-la-tete-du-drs-14-09-2015-303444_109.php

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.