A la mémoire des victimes de Bentalha

Diplome - Tableau d'honneur de l'ANP

cz«cxc«zxc

Et trinquons tous au silence éloquent du grand FLN…

 

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Allegoria & caricature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour A la mémoire des victimes de Bentalha

  1. Mohand Oukaci dit :

    Le massacre de plus de 400 civils innocents et sans défense à Bentalha par des militaires déguisés en terroristes était en réalité une opération punitive contre ce village qui a voté massivement pour le FIS lors des élections législatives de décembre 1991. D’autres villages analogues ont subi le même sort. C’ était la doctrine des généraux-décideurs et putschistes de l’époque.

  2. Mohand Oukaci dit :

    Pour mémoire.
    IL Y A 18 ANS : L’ODIEUX MASSACRE DE BENTALHA.
    In Algeria-Watch
    Une nuit d’horreur à Bentalha

    Le 22 septembre 1997, à la tombée de la nuit, des assaillants en armes venaient porter la mort à Bentalha, une banlieue éloignée d’Alger, décimant les habitants avec méthode et cruauté, ruelle par ruelle, maison par maison, laissant derrière eux quelque 400 victimes. L’armée, stationnée à proximité, se garda d’intervenir. Sous le titre « Qui a tué à Bentalha ? » (éditions La Découverte), un survivant de ce massacre, Nesroulah Yous, raconte ce que fut cette nuit de cauchemar. Avec une quasi-certitude : ce massacre ne fut pas l’oeuvre de groupes islamistes. Comme en témoignent les extraits de ce récit parfois insoutenable, le soupçon demeure quant à la responsabilité de l’armée algérienne

  3. Belahreche dit :

    @ EEE, merci pour ce rappel. Il n y aura pas de paix sans justice.

  4. Senni dit :

    Ajoutez l’ horrible et terrifiant crime de masse de Ramka (w relizane) ou plus de 1000 innocents ont été massacres par les escadrons de la mort et dont les predateurs coulent des jours heureux avec la prime qui leur permets de constituer leur propre groupe industriel.

Les commentaires sont fermés.