Le déni de mémoire et le mépris de soi

rescapée de bentalhaUn journaliste d’Echourouk relève un triste fait. En ce jour de commémoration du massacre de Bentalha, seule la Chaîne El Magharibia a eut la décence de lui consacrer une émission. Toutes les autres chaînes nationales ont gardé le silence sur l’effroyable boucherie qui symbolise la tragédie  nationale. Se demandant ce qu’est donc ce silence concerté, abjecte, si ce n’est pas un mépris pour les victimes et par ricochet, indubitablement, pour soi-même. A quel monde horrible les Algériens appartiennent? Comment est faite leur conscience?

Pour ma part, je m’incline devant la mémoire des victimes de Bentalha et de toutes les victimes de la décennie noire ; je continue à me battre avec ce modeste blogue et à harceler les criminels sans tomber dans le jeu des fanatiques. Qu’Allah, Vérité et Lumière de l’univers, me donne la force et éclaire mon chemin.

Le journalisme Abdelwakil Blamm :

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Presse, Terrorisme d'Etat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le déni de mémoire et le mépris de soi

  1. Mohand Oukaci dit :

    Effectivement , nous vivons bien dans  » le déni de mémoire et le mépris de soi  » comme vous le dites si bien. C’est le résultat de la gestion catastrophique de plus d’un demi-siècle du pays par les chefs successifs de l’armée des frontières dont la part du lion revient au clan d ‘ Oujda-MALG .Ne dit-on pas que  » qui sème le vent , récolte la tempête ? « .  » un peuple qui oubli son passé se condamne à le revivre « . Cette citation que l’on prête à Sir Winston Churchill premier ministre britannique durant la deuxième guerre mondiale est l’une des innombrables mises en garde invitant à réapprendre sans cesse les leçons de l’histoire qui sont évidemment toujours bonnes à prendre, car les mêmes causes produisent les mêmes effets.Quand on oubli son passé on détruit son présent et son avenir. Malheureusement , aujourd’hui , on est dans ce cas de figure. L ‘ Algérie est à l’image de la Libye de Maâmar Kadhafi, elle ne possède aucune institution viable, même pas celle de l ‘armée qui se prétend vivre dans la cohésion et qui veut le créditer coûte que coûte dans sa propagande à outrance.

Les commentaires sont fermés.