Les exploits «majeurs» des services de sécurité algériens

Général Toufik Rab DzayerToujours dans l’esprit du massacre de Bentalha dont un grand nombre d’Algériens a commémoré dans son coeur, sa 18e année, avant-hier ( le 23 septembre). Pour que nul n’oublie. Pour que le passé éclaire notre avenir. Pour que les générations futures sachent exactement d’où le mal, le monstre et les tragédies peuvent surgir. Il est impératif de rappeler les exploits « remarquables » des services de sécurités tout au long de notre histoire. Un vidéoclip, court, sans fioriture, résume sur un fond de musique martiale la série d’assassinats de grands acteurs politiques algériens. Des acteurs qui pouvaient changer radicalement le pays et le guider dans une direction saine vers un vécu meilleur.Les lâches assassinats des meilleurs enfants de la patrie ont dit non. L’Algérie sera comme nous l’entendons ou ne sera pas.

Le général Mediène est parti, mais le mal qui l’habitait demeure dans l’ADN de certains officiers de la sécurité. L’Algérie ne s’est toujours pas protégée contre l’impunité des militaires de la sécurité et la classe politique est plus soumise que jamais, elle n’ose pas demander des commémorations nationales des tragédies comme octobre-88 ou les massacres de la décennie noire. Les partis politiques, rats et ingrats, tremblent de peur à l’idée de revendiquer l’hommage national des jeunes d’octobre-88 lesquels ont signé avec leur sang la naissance du multipartisme. Et souvenons-nous, ceux qui ont abattu Boudiaf, Kasdi Merbah, Mecili, Hachani et les autres n’étaient pas encore nés quand Abbane fut étranglé par Abdelhafid Boussouf, ils étaient encore gamins quand Krim Belkacem, le lion du Djebel, fut liquidé. Le monstre qui prive le peuple de sa vraie élite et en impose une en boiteuse, sans carrure, guette le pays, il peut resurgir à tout moment.

Abdelhafid_boussoufTout ce qu’a subi l’Algérie comme maux et fléaux nationaux, tout, sans exception, proviennent d’une façon ou d’une autre de cet appareil supra constitutionnel dont l’apogée fut atteint sous le règne barbare de Rab-Dzayer. C’est mépriser la vie des Algériens que de dire et de croire que la bande des voleurs de Saïd Bouteflika est capable de faire autant de mal que le général déchu et ses suppôts. Ceux qui le déclament devront voir le film mythique de Pulp Fiction de Quentin Tarantino sorti en 1994. Cette histoire leur rappellera ce qu’est la différence entre un truand et un fornicateur. D’ailleurs, fait indéniable, les seconds ont exploité à leurs avantages les crimes sordides des premiers.

Le vidéoclip des assassinats barbouziens a été réalisé par un mouvement dont il y a beaucoup à dire, mais le contenu du vidéo et sa présentation sont impeccables.
À bon entendeur salut.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les exploits «majeurs» des services de sécurité algériens

  1. Mohand Oukaci dit :

    On a tout vu avec ce régime dictatorial et illégitime téléguidé depuis 1962 par une bande d’imposteurs : crimes politiques , corruption , incompétence, médiocrité , bureaucratie , régionalisme, mépris, malversations, détournement de fonds, enrichissement illicite, atteintes aux libertés et aux droits de l’ Homme, manipulation et violation de la Constitution, institutions boiteuses , etc. Quand ceux d’ en haut donnent eux-mêmes l’exemple du mensonge, de la tricherie et de l’imposture, comment s’étonner de la propagation de ce phénomène à l’ensemble de la société ?

  2. Mohand Oukaci dit :

    L ‘ Etat Islamique ( Daech) de Aboubakr El Baghdadi et le DRS de Rab Dzeyer se ressemblent comme deux gouttes d’eau : le premier tue et massacre les populations au nom de l’islam et le second fait le même boulot au nom du nationalisme. Quelle que soit l’idéologie à laquelle on se réfère pour tuer et massacrer des populations , les auteurs et complices de crimes contre l’humanité finiront tôt ou tard devant une juridiction pénale internationale à moins qu’ils soient morts et enterrés.

Les commentaires sont fermés.