Rabrab inflige à Bouchouareb un démenti cinglant

« Puisque M. Bouchouareb a des preuves, qu’attend-il pour porter plainte contre moi ? »

ministre Bouchouareb et députéLa meilleure défense est l’attaque, disent les stratèges de divers domaines. Issad Rabrab, armé de ce credo, vient de démontrer qu’il est un dur à cuir. Sa réponse au ministre Abdeslam Bouchouareb, hier sur la chaîne El Magharibia, fut à la fois diplomatique, cinglante et expéditive. Il ne reste au ministre, qui a mis le feu aux poudres en portant de graves accusations, que de présenter des excuses publiques ou de porter plainte au nom de l’État et du peuple algérien contre celui qu’il a accusé de non-conformité aux lois de l’importation, de tentative d’abus de confiance et de surfacturation. Ce sont des crimes économiques graves punis par la loi. L’État souverain, garant des intérêts du peuple, est tenu d’appliquer la loi à la lettre et poursuivre les responsables.

Quelle sera l’attitude du ministre face à cette réponse somme toute triviale ? Il a beau discourir et cracher sur qui il veut, mais n’est-il pas nécessaire qu’il démontre au préalable les ressorts et l’honnêteté et le sens de responsabilité pour assumer ses propos ? Maintenant qu’il s’est mis, seul ou poussé, sous les feux de la rampe, Bouchouareb n’a pas d’autres choix que celui de porter plainte. Faute de quoi aux yeux de l’opinion il confirmera sa qualité de potiche du pouvoir. Son intégrité et son amour pour la patrie seraient aussi authentiques que ses accusations… Se cacher derrière des lampistes ne le mettra pas non plus à l’abri du discrédit et de la dérision. A charge pour lui de rejoindre le camp de l’honneur. Un camp riche de deux membres uniques : Saïd Saadi et Mme Nadia Labidi, l’ex-ministre de la Culture, les deux personnalités ont défendu bec et ongle leur honneur devant un tribunal. Le premier gagna la bataille judiciaire par un uppercut et la seconde par forfait.

Cela étant, le milliardaire Rabrab est loin être blanc comme neige ou enfant de chœur. Il cache la vérité sur ses relations avec le DRS. Il a constitué sa fortune pendant la guerre, une époque sombre où le DRS et Rab-Dzayer régnaient en maîtres absolus sur l’Algérie et rien ne se faisait sans leur aval.

https://youtu.be/ZjXQu97Diew

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Économie, Hogra, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Rabrab inflige à Bouchouareb un démenti cinglant

  1. Fulcrum dit :

    Vous etes passé a côté du plus important dans cette interview, a la 16 eme minute de cette interview, Rebrab affirme que si Benhadid a été arrêté c’est parce qu’il a déclaré que les français savent que Gaid Salah trainent une affaire de pédophilie derrière lui. A coté d’une telle accusation, la polémique entre Rebrab et Bouchouareb devient secondaire, aussi grave soit elle.
    ——————————————
    EEE : Je n’ai pas encore terminé de visionner la vidéo. Mais si Rabrab a dit ça, c’est qu’il a brûlé ses cartouches en effet. Pour ce qui est des accusations de Benhadid, elles risquent de tomber à l’eau. Elles ressemblent à celle de Hicham Aboud sur la prétendue homosexualité de Saïd. En verra. Les nouvelles arrivent à un rythme effréné. Merci

  2. Fulcrum dit :

    Le truc c’est je me demande, c’est est ce que Benhadid a vraiment dit ça, ou c’est Rebrab qui invente ces propos en les attribuant a Benhadid pour ne pas a en assumer les conséquences. Le fils de Benhadid a été placé en prison tandis que Benhadid est poursuivi pour  » divulgation de secrets militaires  » selon TSA.

Les commentaires sont fermés.