La pauvreté et le vote massif

In Vino Véritas

pauvretédsfgsdfgEn quatre mandats d’absolutisme civil de Bouteflika et un quart de siècle de règne absolu du général Mediène, disons que l’Algérie «va mal». La LADDH a livré hier des chiffres à faire pleurer les montagnes : 14 millions d’Algériens vivent sous le seuil de la pauvreté, soit 35 % de la population. Les moins pauvres ne sont pas pour autant sauvés du grand fossé social, puisque, toujours selon la LADDH, 80 % des richesses de l’Algérie sont concentrées entre les mains de seulement 10 % de la population.

D’aucuns feront la moue devant cette triste réalité ou fulmineront sur les années perdues par la grâce des hommes providentiels. Réaction trop classique. D’autres, bien plus malins, y ont flairé une réalité cachée. La binouse dans le sac, ils sont allés sous un pont ou dans un terrain vague, à l’écart de la société, s’émécher dans le but d’atteindre un niveau de sérénité acceptable et voir plus clair. Acte répréhensible pour certains, mais il faut bien que quelqu’un se sacrifie pour découvrir le bon diagnostic. Ces «moussabiline» (kamikazes), donc, ont érigé en credo philosophique l’adage antique « In vino véritas ». Le rite sacrificiel a fini par payer ; ils ont pu percer le secret de la pauvreté en Algérie. Époustouflant !

Si les Algériens ne votaient pas massivement pour lui, la Tête pensante du système considérait au tout début de son grand retour politique que le peuple devait être heureux dans sa médiocrité et qu’après tout, il n’était pas réapparu pour faire son bonheur malgré lui. Justement, le bât blesse exactement dans cette histoire de bonheur imposé. Aussi les chiffres de la détresse sociale trouvent-ils dans la citation de Bouteflika un sens tout autre que celui véhiculé par la LADDH. La pauvreté en Algérie n’a pas la même connotation sociale que dans le reste du monde. C’est un choix politique et délibéré. Les Algériens, abusés jusqu’au trognon, ont massivement fait le choix contre le bonheur venu dans les poches de la Tête. Ils ont adopté la médiocrité, la misère comme un mode de vie avec l’intention de passer un message politique. C’est bien connu maintenant, les Algériens se singularisent par l’ inclination à la malvie et au dénouement. Ça coule dans leurs veines. Ils détestent le bonheur. Les chiffres le prouvent. La Tête saura-t-elle saisir ce choix et retourner chez elle comme promis? Rien à faire? Le sourd restera sourd même devant une évidence à crever les yeux…

Qu’à cela ne tienne ! Le peuple ne perd pas espoir devant une tête têtue. Dans les années qui s’annoncent sombres, à la faveur de la chute du prix de pétrole, le peuple s’enfoncera de plein gré dans la médiocrité et la misère. Il les portera au firmament et leur donnera plus d’éclat. Peut-être qu’alors Sidna la Tête, au règne longuet, aura enfin ouï de l’aversion que le peuple voue au bonheur que lui et son système s’échinent à répandre partout dans les courants de l’air et du vent.

http://www.algerie1.com/actualite/14-millions-dalgeriens-vivent-sous-le-seuil-de-la-pauvrete-en-2015/

La menace de la tête pensante : http://youtu.be/9yl9bzhC3r8?t=1m42s

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Économie, Hogra, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La pauvreté et le vote massif

  1. cherif dit :

    Bonsoir. Je souhaite vous signaler, à toutes fins utiles, 2 coquilles dans le 3ème paragraphe, insérées, sans l’ombre d’un doute, par inadvertance. Il s’agit de (le même connotation social) au lieu de (la même connotation sociale), et (dénouement), au lieu de (dénuement).
    Quant à vos articles, il coule de source, qu’ils sont tous de très bonne facture.
    Bien amicalement et bon courage.

  2. Supplicié dit :

    Justement parlons en, la pauvreté est devenu un mode de gouvernance pour les pouvoirs illegitimes despotiques.Plus les tyrans affament la population plus cette population est manipulable a souhait.On sait que pour diriger un pays il faut affamer sa population.

  3. Nasser dit :

    Raisonnons!
    .
    SELON L’ENQUÊTE (sur un échantillon de 4500 ménages) de la Ligue Algérienne des droits de l’homme (LADDH), il y a 14 millions de pauvres en Algérie en 2015 soit une augmentation de 5 millions (en 01 seule année) par rapport à 2014 (9 millions toujours selon la LADDH) !
    ___________
    OBSERVONS
    Selon le récent rapport de la Banque Mondiale, le nombre de pauvres en Afrique sub-saharienne a augmenté de 100 millions en près de 25 ans, soit 5 millions par an en moyenne.

    Donc d’après notre LADDH, l’Algérie a eu en 2015 (soit en 01 an) autant de pauvres que toute l’Afrique sub-saharienne qui est composée de 38 pays regroupant plus de 900 millions d’habitants !!
    .
    Chapeau à la Ligue Algérienne des Droits de l’homme pour sa pertinence !

Les commentaires sont fermés.