Un autre grand moudjahid témoigne sur Khaled Nezzar

« Il espionnait les moudjahidine »

Lakhdar Bouregra

On savait par des témoignages crédibles que Nezzar n’a déserté l’armée française et rejoint l’ALN qu’en désespoir de cause ; au moment où il a changé de camp, Il avait comprit que l’histoire ne pouvait retourner en arrière et la rupture avec la France était irréversible. Alors il a sauté dans le train en marche avec le moins de risque. Il rejoignit les unités de l’ALN basées derrière les frontières. Il n’a pas tué un seul soldat ennemi, aucun témoignage ne rapporte le contraire, alors que bien plus tard, devenu le tout-puissant ministre de la Défense, il a fait un massacre.

Dans le but de dénoncer le passé et le commandement sanglant du planqué de Ghardimaou, des moudjahidine et des ex-responsables se sont exprimés publiquement et délivré leur témoignage. Que la vérité éclate sur cette triste personnalité qui, avec sa bande, a mis la démocratie entre parenthèses et voué le peuple à un destin sinistre dont il n’arrive pas jusqu’à aujourd’hui à se dépêtrer..

Le réquisitoire que subit Nezzar s’allonge de jour en jour comme si la chute du général Mediène a libéré des consciences longtemps réprimées. Il y eut l’officier de la DGSN Khaled Ziari qui lança une très gave accusation dont Nezzar ne sut comment éviter. Il y eut le colonel Amar Benaouda qui lui rappela ses libations avec le général Bigeard… Plus récemment, les journaux rapportent le témoignage d’une autre personnalité historique. Lors d’une conférence récente organisée par le journal El Hiwar pour lui rendre un vibrant hommage, le commandant Lakhdar Bouregaâ a lancé un pétard sous les pieds de l’ex-ministre de la Défense. Il l’a accusé d’avoir espionné les moudjahidine et tenté de les impliquer dans sa guerre contre les islamistes. Pour rappel, Bouragaâ fut le chef de la wilaya IV historique, torturé par la SM de Boumediène et mis en prison pendant 7 ans suite à sa participation aux côtés de Tahar Zbiri à la tentative du coup d’État, fin 1968.

Le directeur du journal Mohamed Yagoubi ne donne pas davantage d’information ni de référence sur la conférence. Mais, aux yeux des observateurs, guère étonnés de la déclaration de Bouragaâ, le plus important, serait de connaître les moyens qu’utilisaient les sbires de Nezzar aux fins de stipendier les chefs de file de la “famille révolutionnaire” qui, en dépit d’un certain degré d’instruction et de conscience nationale, se sont laissés prendre à l’appeau. La compromission flagrante de cette frange de la société a été fatale pour l’Algérie. Existe-t-il des techniques d’approche spécifique plus puissantes que l’argent et le pouvoir ?

Lakhdar Bouregra

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, Histoire, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Un autre grand moudjahid témoigne sur Khaled Nezzar

  1. lyes laribi dit :

    Ce n’est plus en Suisse qu’il doit être jugé ce traitre mais c’est en Algérie. Pourquoi ne pas lancer une pétition dans ce sens là, c’est ce que je demande à tous ce beau monde afin que l’acte suit la parole.

    • fulcrum dit :

      On a meme une photo de lui qui circule ou on le voit au milieu d’officiers français, dans le cadre de la fameuse promotion lacoste. Une promotion d’officiers français qui ont prit le pouvoir par un cout d’état en 1992 et qui se sont partagés les postes nevralgiques de l’etat en les partageant avec d’autres anciens harkis qui n’ont pas appartenu a la promotion lacoste.

  2. Bouzwar Amar dit :

    Pourquoi remonter à si longtemps…

  3. Bouzwar Amar dit :

    NEZAR: «Si. Toufik, faites le nécessaire ! »
    «Quelques semaines plus tard, un Billet de Renseignement Quotidien (BRQ) émanant des services opérationnels de la DRS et traitant d’une information capitale, arrive avec la mention Très Secret/ Très Urgent sur le bureau de Toufik :
    « Kasdi Merbah a rencontré plusieurs généraux dont le général Saidi Fodhil et le général Touahri Mohamed ……
    Suite :
    http://www.algeria-watch.org/mrv/mrvreve/maolmerbah.htm

  4. Mohamed dit :

    Les généraux janvieristes voulaient sauver la république des mains du FIS, malheureusement ils ont créaient l’empire bouteflikisme,

  5. lyes laribi dit :

    Je m’excuse mon cher Mohammed de vous contre dire les janvieristes n’ont pas sauvés l’Algérie des mains du FIS du moment c’est une de leurs créations parole de Nezzar dans ses mémoires, mais ils ont créés une illusion pour s’offrir le sous sol algérien. Il faut chercher dans le contrat signé avec BP une semaine après l’assassinat de Boudiaf. Voilà la vraie raison de la décennie rouge, Toufik ne s’étonnait pas de la fortune amassé par son pote Smain au cours de cette décennie, parole de son meilleur ami, islamiste milliardaire Arribi. Je demande aux lecteurs de ce blog une pieuse prière pour ma mère gravement malade et malheureusement dans ses moment difficile je ne peux pas être à ses côtés parce qu’ils m’interdisent le retour avec risque de procès pour avoir dénoncé leurs combines. En 2006, j’ai été déjà interdit d’assister à l’enterrement de mon père. Hasbouna allah ou a ni ma le ouakil.
    ————————————————-
    EEE
    Allah Ychafi votre mère in Challah et vous facilite le retour à l’Algérie.

Les commentaires sont fermés.