Terrorisme d’État : Dahou Ould Kablia approuve la liquidation d’Abane Ramdane

ould kablia Assassin 3

Citation Dahou Ould Kablia Abane ramdan

Un demi siècle après, il acceptera la mort des 200 000 morts et les 20 000 disparus comme il approuvera, par son silence lâche, la liquidation de tous les assassinats politiques. Que l’enfer l’emporte avec son droit de tuer sans jugement.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Citation, Terrorisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Terrorisme d’État : Dahou Ould Kablia approuve la liquidation d’Abane Ramdane

  1. Amar Bouzwar dit :

    Ça donne une idée des malades qui habitent les hautes sphères de l’Algérie de l’in-dépendance et que le hasard d’une contre-révolution à mis sur la sellette…et qui se prennent pour des «hommes politiques». Le sont-ils, là est la question!
    Abane est mort, vous qu’avez-vous fait de l’Algérie in-dépendante!:
    Dahou Azouane Ould Kablia né le 4 mai 1933 à Tanger (Maroc). (un jeune de 82 ans!)
    1963-1964 : Wali de Mostaganem
    1964-1965 : Wali de Tiaret
    1965-1970 : Wali de Tlemcen
    1970-1974 : Wali d’Oran
    1974-1978 : Wali de Skikda
    1978-1980 : Wali d’Alger
    2001-2001 : Sénateur
    2001 : Ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, chargé des collectivités locales
    2010 : Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales

  2. Amar Bouzwar dit :

    «Dahou Ould Kablia ne dit pas tout. C’est vrai qu’Abane Ramdane avait une perception différente de la Guerre de libération nationale, une perception exigeante, démocratique et dynamique. Beaucoup ne lui ont pas pardonné le fait d’ouvrir le FLN aux différentes forces politiques de l’époque. Pour lui, la Révolution se menait de l’intérieur et non de l’extérieur. Il avait qualifié d’ailleurs la délégation extérieure de concitoyens immigrés en Orient. Une accusation que ni Ben Bella, ni les autres ne lui pardonneront.»

    Lire la suite:
    ENTRETIEN Mohamed El Korso, historien : « Le fait de justifier l’assassinat de Abane Ramdane en 2015 est encore plus grave »

    http://www.tsa-algerie.com/20151101/mohamed-el-korso-historien-le-fait-de-justifier-lassassinat-de-abane-ramdane-en-2015-est-encore-plus-grave/

  3. Amrane dit :

     » Le MALG va dévorer l’Algérie « , disait Mécili en 1962. « . Connaissant la  » boite  » de l’intérieur même. Et les Généraux français savaient que le MALG est créé pour surveiller et régenté les « indigènes « , la société algérienne, et non pour combattre le colonialisme Le MALG liquidait les combattants de l’ALN-FLN, en même temps que les Militaires français. Ont peut même dire qu’il y’avait une sorte de pact entre les tortionnaires français et les MALGuistes: Ben Mehidi liquidé par le SDECE d’Aussaress et cie, Abbane par le MALG de Boussof et cie . Deux grandes figures de proue du nationalisme combattant et libérateur Leur élimination était faite dans la perspective des tractations secrètes des MALGuistes avec le Général De Gaulle dès 1958 pour dévier la Révolution algérienne de son but visant l’émancipation totale et intégrale du peuple algérien tout entier. Malheureusement, l’indépendancea été confisquée dès 1962, par les Officiers de l’Armée des frontières et les Officiers de l’Armée française (dits pudiquement et faussement DAF), avec le soutien du Général De Galle (Lire Le Commandant Bourga, et les Mémoires du Général A. Buis….habilitépar De Gaulle pour ravitailler en gasoil les blindés de Boumedienne à Gardimaou, bref.). Heureux les martyrs qui n’ont rien vu !

    Tout ce que dit ce sbire du Criminel Boussof n’est que mensonge et provocation.

    Ses allégations sont à condamnables

  4. Amar Bouzwar dit :

    Dahou Ould Kablia : «Je n’ai nullement défendu et encore moins justifié la mort de Abane Ramdane»
    http://www.tsa-algerie.com/20151102/dahou-ould-kablia-j-nai-nullement-defendu-et-encore-moins-justifie-la-mort-de-abane-ramdane/

Les commentaires sont fermés.