Le problème de corruption commence par les généraux

déclaration des biens

Abdelamalek SellalLe Premier ministre a beau s’égosiller pour mettre de l’ordre dans la maison du gouvernement, il n’aboutit à rien. Il sermonne les ministres par écrit… mais n’entreprend rien contre leur manque d’obéissance à la loi sur les déclarations des biens. Certains ministres négligent sans remords ni crainte les directives de Marmita pour la simple raison qu’ils savent qu’il n’a pas d’envergure politique ni des arguments valables à faire valoir quant à sa détermination supposée à lutter réellement contre la haute corruption… La lutte de la corruption doit commencer aux Tagarins pour avoir des chances de réussir. Si l’armée ne démontre pas une volonté sans faille dans la chasse à l’argent sale, Marmita ne fera que jouer au pitre aux dépens de la crédibilité de l’État.

La confession du ministre au chroniqueur d’El Khabar souligne la parfaite connaissance des hauts commis de l’Etat des magouilles des militaires et comment ils mettent le beurre dans leur épinard. Elle montre aussi on ne peut mieux l’impasse de la lutte contre la corruption qui a atteint des niveaux inimaginables. Le blocage découle de la mauvaise foi de Gaïd Salah et de son état major. Un comportement néfaste qu’ils ont appris de Rab-dzayer…

http://www.elkhabar.com/press/article/93900/%D8%A7%D9%84%D8%AD%D9%83%D9%88%D9%85%D8%A9-%D8%AA%D9%87%D8%AF%D8%AF-%D9%86%D9%81%D8%B3%D9%87%D8%A7-%D8%A8%D8%A7%D9%84%D8%B3%D8%AC%D9%86/

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Affaires judiciaires, Hogra, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le problème de corruption commence par les généraux

  1. Hacéne dit :

    L’Algerie est devenue la risée du monde, et le troupeau de mouton qui continue a ronfler dans sa sieste profonde.
    Staline disait : «Le pape, combien de divisions ?» pour exprimer le rapport de force entre Moscou et le Vatican et qu’il pouvait les ecraser. L’Algérie ne sera jamais libre avec le bla bla, sans le réveil du peuple endoctriné par la religion, la misère et l’ignorance. Seul un soulèvement, une révolution libérera ce pays, il en faudra une autre révolution pour libérer le peuple de ses propres chaines, de l’Obscurantisme et construire un état de droit digne et LIBRE ou la notion du travail sera la seule valeur valable dans la cité. La notion de citoyenneté devra être inculquée de force a toutes ces têtes de citrouilles qui font la navette mosquée—-table de cacahuète et maison, aux charlatans, aux jeunes gonflés a bloc et dont la tête est vide, exiger de chaque Algérien de 16 ans et plus de lire au moins un livre par mois, et de fournir la preuve devant la commissariat de police et de citer ses droits et devoirs. Multiplier par 20 les peines lies a tout acte de corruption. Considérer comme criminel tout travail bâclé, bricolé fait a peut prés…etc…etc…

  2. Voir correspondance adressée à la présidence de la république et à tous les généraux et ce avant octobre 88. (avant dernier et dernier feuillet).

Les commentaires sont fermés.