Ali Haddad plus arrogant que jamais

L’argent étouffe le politique

Haddad BouchwarebL’ami intime de Saïd Bouteflika monte sur ses grands chevaux et sort ses griffes. Il ne se passe pas un jour sans qu’il intervienne dans la vie politique prenant, bien sûr, la défense du pouvoir. L’opposition ne peut pas faire un pas contre le gouvernement sans qu’elle soit fustigée par l’homme d’affaires qui, comble du cynisme, déclare qu’il ne fait pas de politique.

Derniers numéros du nouveau Rabrab du nouveau régime dit « de la Derbouka » — au moins le vrai Rabrab ne nous la gonflait pas par son soutien inconditionnel public à son parrain le DRS —, vient de s’immiscer de nouveau dans la vie politique qui ne concerne pas son CFE.

Au groupe des 19 : « Rentrez chez vous et écrivez vos mémoires ! »
Aux Suisses : « Nous n’importerons pas vos chocolats et vos montres ! Apportez vos usines.»
Aux Algériens (juillet 2015) : « N’écoutez pas l’opposition, elle invente les crises et surestime les difficultés.»

Il faut dire qu’il ne manque pas de toupet et qu’il a la mémoire courte et les pulsions inconscientes. Alors que le monde arabe peine à tourner la page des soulèvements populaires provoqués entre autres par le glissement des régimes oligarchiques décadents vers la ploutocratie et l’apparition des castes, M. Haddad, l’homologue d’Ahmed Ezz l’égyptien, n’en a retenu aucune leçon. Pire, par sa morgue pour l’opposition et son parti pris inconditionnel au pouvoir, il parasite la scène politique et envenime une situation très tendue. La collusion d’intérêt implicite, l’omniprésence dans les sorties du gouvernement, la participation aux fonds des campagnes électorales de Bouteflika et les ingérences politiques répétées, font d’Ali Haddad la façade criarde du nouvel ordre de la chkara.

Sur la photo, on voit un Haddad grand seigneur, sans gêne, marchant au-devant du ministre de l’Industrie resté derrière, violant ainsi le protocole diplomatique. Il agit comme s’il conduisait lui-même la délégation en Suisse. L’arrogance du tycoon n’a pas échappé aux hôtes en retrait.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Ali Haddad plus arrogant que jamais

  1. AMAR BOUZWAR dit :

    Au groupe des 19 : « Rentrez chez vous et écrivez vos mémoires ! » (Ali Haddad)

    Moi j’ai comme une intuition que c’est le prochain premier ministre du «consensus» (post-Toufik-DRS) du nouveau «réseau-clan» militaro-financier, associé aussi à une «jambe» étrangère (pas une main!).

  2. AMAR BOUZWAR dit :

    Pour te (nous) remonter le moral🙂

    Affaire Saipem: La justice italienne ordonne la saisie de six immeubles à Manhattan appartenant à Farid Bedjaoui

    http://www.huffpostmaghreb.com/2015/11/12/bedjaoui-immeubles-manhat_n_8543520.html?utm_hp_ref=algeria

  3. Amar Bouzwar dit :

    «S’adressant aux partenaires suisses, il leur dit pouvoir leur parler de « ce qui les fâche : la règle légale du 49-51 », et il se lance dans un long développement pour leur assurer que cette disposition peut être contournée. Pour preuve : son groupe, l’ETRHB, engagé dans un partenariat avec une multinationale Etats-unienne aurait, selon ses déclarations, cédé le contrôle de l’association au partenaire étranger. La loi est pourtant claire et ne fait pas même exception aux nationaux algériens résidents à l’étranger. Instaurée pour garantir une mainmise nationale sur les conseils d’administrations, elle ne connaît en principe ni exception, ni dérogation.»

    «Ali Haddad devant les patrons suisses : l’ETRHB contourne le 49-51»

    http://www.lematindz.net/news/19049-ali-haddad-devant-les-patrons-suisses-letrhb-contourne-le-49-51.html

Les commentaires sont fermés.