Interventionnisme de l’OTAN et terrorisme

Faisons la part des choses

L'islam radical tue l'islamToujours la manie de disculper le terrorisme, de botter en touche. Il est temps que nous nous débarrassions de nos réflexes sectaires et chauvins. Il y a lieur de réfléchir avec calme et raison. L’interventionnisme de l’OTAN et celui des puissances étrangères ont fait beaucoup de mal aux pays musulmans. Nombreux sont les intellectuels occidentaux qui le reconnaissent et qui exigent de leur pays à revoir leur copie. Pour autant le danger absolu et imminent actuel, celui qui guette les derniers peuples arabes qui conservent un semblant d’unité est bel et bien le djihadisme des salafistes et les groupes terroristes. Daech a des ambitions panislamiques, son chef est appelé calife. Autrement, nous sommes devant un mouvement violent qui veut dissoudre tous les pays au fil du sabre. Les radicaux comme Ali Behadj ne se dressent pas contre son projet, mais lui conteste le titre. Personne de sensé et d’objectif ne peut nier ces faits.

Manipulation ou non, ce sont bien des musulmans qui partent en guerre contre des musulmans. Les hordes de sauvages sont des musulmans sortis des entrailles de nos sociétés et de nos mosquées. La propagation de ce mal est favorisée par le laxisme des islamistes loyaux à leurs pays. Ils ne les combattent pas assez, ne les dénoncent pas assez et passent leur temps à fustiger la France et les autres puissances. À terme, nous risquons si on ne fait rien de subir le sort de la Turquie et les autres pays qui ont aidé Daech. Ils s’en mordent les doigts maintenant. Cinq mille membres de Daech attendent à la frontière de l’Algérie. Ils attendent le moment propice. L’Algérie est fragile, le climat est tendu. Le moindre soulèvement populaire sera l’occasion aux terroristes de foncer sur l’Algérie où ils bénéficient déjà d’un grand nombre de soutien et de sympathie. Un scénario pareil n’est pas une vue de l’esprit, il s’est produit dans plusieurs pays. Lorsqu’il sera trop tard, le choc parodié par les sympathisants des islamistes et leur appel a la mobilisation pour la défense du pays relèveront du cynisme. L’Algérie payera encore une fois un lourd tribut.

Réglons d’abord ce problème interne, consolidons notre unité. Ensuite, on débattra sur les questions géostratégiques dans la sérénité et la stabilité.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Arabe, Islamisme, Terrorisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.