Ali Benhadj et Salima Tlemçani, des valeurs communes

L’aveuglement et le cœur de marbre

Salima Tlemçani

Que tu périsse par hasard ou par préméditation dans un attentat terroriste comme celui du Bataclan ou ailleurs, ta famille n’aura pas le soutien des Ali Benhadj et les illuminés de la religion. Ceux-là ne dénonceront jamais le terrorisme ; au mieux, parmi les moins sectaires, tu trouveras une note accrochée sur leurs portes fermées de leur cœur: un complot ourdi par les ennemis de l’islam. Comme si les ennemis de l’islam apprennent aux terroristes le Coran, les préceptes d’Ibn Taymia et Allahou akbar à chaque terroriste. À leurs yeux, le destin a voulu te ravir la vie. Il ne faut pas aller plus loin que ça, sinon tu vas en enfer puisque tu refuses la volonté de Dieu. Ils te disent : « accepte ton sort et ne nous demande pas l’impossible. »

Ali Benhadj 2Que tu sois torturé par le DRS ou le pouvoir, que tu disparaisses de la terre et que tu deviennes un rien, un souffle que le vent emporte au bout de l’univers, ou simple nom sur une liste honnie, que ta mère mortifiée sanglote et que les policiers la rudoient et la jettent comme une loque dans les paniers à salade parce qu’elle a montré ta photo et revendiqué la vérité, sois en sûr mon frère, Salima Tlemçani et tous les journalistes et intellectuels putassiers du DRS et du pouvoir ne verseront pas une larme sur toi. Ils réservent leur glande lacrymale et leur cœur aux généraux, leurs seuls héros. Salima ne fera aucune distinction entre toi et les vrais terroristes et, comme Ali Benhadj, elle ne dénoncera jamais le terrorisme des services secrets. À peine si une idée de crime contre l’humanité la traverse en coup de vent sa caboche plombée. Mais rien de plus.

Pour ces deux créatures, mon frère, tu ne vaux rien. Dans leur cœur, nul part un coin pour l’humanité. Ton âme, superflue, intruse, modique, incommode. Quoi que tu fasses, tu compteras pour du beurre. Là se cache la seule vérité digne d’être retenue de l’actualité de ces trois dernières décennies. Si tu n’es pas riche, si tu n’a pas les forces pour leur résister ni d’attaque pour les combattre, alors crache sur tout le monde, sur ton passé et tire-toi au plus vite de la terre de la mort. Trop de suppôts y courent. Prends le chemin du paradis. Il se trouve en Europe. Ce n’est pas loin. Là-bas, même au beau milieu de l’islamophobie et du racisme, ta dignité est préservée. Jusque-là.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hogra, idée fortuite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.