A propos 2

   Le fil directeur du blogue, c’est le regard dur de cette vieille femme, une rescapée de Bentalha. Elle n’oubliera pas les criminels ni leurs complices. Inconsolable jusqu’à l’éclatement de la vérité ou jusqu’au dernier souffle de sa vie, cette femme est dévorée par la douleur des massacres qui ont visé la population civile, dont des personnes âgées, des femmes et des enfants. Sa douleur restera vive, défiera le temps et transpercera tous les écrans de fumée. Y compris celui du terrorisme réel ou celui, plus grave, du terrorisme secrètement entretenu par des militaires sans foi ni loi qui écument l’armée nationale.

    Le devoir de mémoire est vital pour l’Algérie. Jadis, c’était le massacre de Melouza commis par un seigneur de la guerre, il y a eu Abane tué par le chef du MALG, 3000 moujahids tués, comme ça, dans la base de Khmisset par ce même chef sans que leurs noms ni leur histoire ne soient révélés au peuple, des crimes contre l’humanité abominables qui sont restés impunis et qui ont terni à jamais la glorieuse guerre de libération nationale. Le FLN n’a pas assumé et n’a pas dénoncé. Il sait que c’est criminel. Les massacres et les assassinats politiques furent occultés et leur leçon n’a pas été tirée.

Naguère, au temps des satellites, avec les actions combinées du DRS et du GIA, c’était des dizaines de Melouza et des centaines d’Abane. Demain ce sera quoi? Car, il y aura un demain. Il y aura des tragédies semblables à ceux de notre sombre passé si la mémoire et la vérité continuent à être enchaînées par le silence pervers et les lois scélérates. Rien n’a changé et les générations futures vivront d’autres massacres et d’autres exécutions sommaires commandités par le pouvoir occulte que les médias, le couteau sur la gorge, s’évertueront à blanchir.

Il faut réhabiliter la justice, la liberté et les droits. Il faut brider les généraux, soumettre et subordonner leurs actions à la volonté du peuple et à ses représentants souverains démocratiquement élus.

Réveille-toi peuple !

Il faut contrôler les services secrets si les Algériens veulent cesser la spirale de la violence, combattre  l’esprit barbare qui règne chez les généraux et entrer de plain-pied dans l’ère des civilisations modernes.

 

Voir l’histoire de la madone de Bentalha

Publicités